Développement d’une méthodologie permettant d’identifier des parcelles de vergers intensifs compatibles aux critères SDA pour la teneur en cuivre totale dans le sol

Dans le cadre de la stratégie cantonale des surfaces d’assolement (SDA), le Conseil d’Etat vaudois prévoit d’identifier de nouvelles parcelles en vue de les intégrer dans le quota cantonal. Une étude est lancée dans le domaine de l’arboriculture.

Une étude de base est lancée en collaboration entre la Direction générale de l’agriculture, de la viticulture et des affaires vétérinaires (DGAV) et la Direction générale de l’environnement. Elle a comme objectif d’identifier les cultures pérennes dont les sols répondent aux critères de qualité établis pour les SDA et qui pourraient être comptabilisées  dans le quota cantonal. Dans un premier temps, cette étude se concentrera sur l’arboriculture et, plus précisément, sur la teneur en métaux lourds.

Pour réaliser cette étude, l’Etat de Vaud a mandaté la Haute école de viticulture et œnologie de Changins, laquelle établira un modèle prédictif des teneurs en cuivre du sol dans les cultures pérennes. Afin de mettre sur pied ce modèle, la Haute école évaluera une quarantaine de parcelles sélectionnées selon leur historique et leur contexte pédo-géologique.

Dans un deuxième temps, une extrapolation à l’ensemble du canton de Vaud des résultats obtenus devrait permettre d’identifier les vergers intensifs potentiellement compatibles avec les SDA et, si nécessaire, de définir une méthode d’investigation plus large.

Responsable du projet Frederic Lamy Maitre d'enseignement HES/ES en sciences du sol T +41 22 363 40 50

2021 – en cours

Financement: Office fédéral de l’agriculture (OFAG)