Muscat

Valorisation de la culture et de la vinification du Muscat en Valais

Responsable du projet : Philippe Dupraz

Partenaires : Cave des Oasis

Financement : HES-SO, Cave des Oasis

2011-2014

Résumé

Par son ancienneté et  la particularité des vins qu’il produit, le Muscat occupe une place indiscutable dans le vignoble valaisan. Il est particulièrement bien adapté à certains terroirs arides du Valais.

Cependant, en raison de certaines fragilités et d’une hétérogénéité génétique des plantes, la culture de ce cépage soulève quelques difficultés.

Ce projet se concentre sur le suivi durant 2 saisons (2011 et 2012) d’une parcelle expérimentale mise en place en 2002 à Flanthey (VS), combinant 3 types ampélographiques de Muscat, 2 modes de culture, et 2 porte-greffes.

Les modes de culture (Lyre ou espalier classique) et les porte-greffes (5 BB et 161-49) n’ont pas influencé significativement la croissance, la production et la maturation du Muscat. En revanche, des différences claires sont apparues entre les types de Muscat. L’essai comprenait 2 cépages distincts : Le Muscat « classique » soit le Muscat blanc à petits grains, représenté par 2 clones différents (455 et 826), et le Moscato giallo, un Muscat d’origine italienne, souvent présent en mélange dans les vieilles parcelles de Muscat en Valais.

Au moment des vendanges, le Muscat blanc s’est révélé 10 à 15 jours plus précoce que Moscato giallo. Cette précocité est plus marquée pour le clone 826. Le clone 455 s’est distingué du clone 826, par des grappes et des baies de plus petite taille, ainsi que par une teneur en sucre plus élevée et une acidité plus basse.

Moscato giallo a montré un potentiel de rendement supérieur. En raison de la tardiveté déjà constatée et de cette productivité, il est conseillé de laisser  à ce type de Muscat un temps de maturation suffisant. La bonne résistance à la pourriture révélée par ce cépage est un atout indéniable pour atteindre cet objectif.

Ces résultats confirment que la présence en mélange des 2 types de Muscat (blanc et giallo) dans les parcelles est un véritable obstacle en vue de l’obtention d’une récolte de qualité. Au moment de la vendange, les stades de maturité sont trop hétérogènes. Il convient donc de distinguer les ceps respectifs et de les récolter chacun au stade optimal. Cette approche peu commode est de mise pour les vieilles parcelles. Pour les nouvelles parcelles,  la plantation séparée est recommandée.